Archive for août, 2015

« Je m’appelle Lou » et « Formidable »

août 31, 2015 - 9:50 No Comments

Le jeune Lou Boland présente le syndrome de Morsier (dysplasie septo-optique) mais a l’oreille absolu. Je vous conseille de regarder cette vidéo… formidable.

Temps de formation des paramédicaux : contraintes et libertés des gouvernants.

août 16, 2015 - 5:32 No Comments

Vous n’êtes pas sans remarquer que les auxiliaires médicaux ont du mal en France à calquer leur formation sur le cursus licence-maîtrise-doctorat (LMD) européen.

Pourquoi ?

L’une des raisons vient du fait que les Diplômes d’État sont délivrés par le Ministère de la Santé et non par les Universités, sous tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur, qui, lui, applique le cursus LMD. En conséquence, nos gouvernants, soucieux de maintenir une restriction budgétaire, ne se retrouvent pas devant une contrainte directe. De plus, au sein même de la corporation médicale, on n’a sans doute pas très envie de voir les auxiliaires médicaux devenir cadre et encore moins obtenir un doctorat paramédical avec accès à une recherche qui bousculerait l’organigramme professionnel et risquerait de faire de l’ombre à leur propre corporation. N’oublions pas « l’homme est un loup pour l’homme ». Qui peut décider du changement ? Nos gouvernants, soit, mais en consultant l’Académie de Médecine. Et qui siège à l’Académie de Médecine ? …

Cependant, il se trouve maintenant que les professionnels étrangers membres de la Communauté Européenne peuvent venir travailler en France avec une formation qui suit le cursus LMD.
Pour qu’il y ait une cohérence de diplômes, l’Europe bouscule la France. Quel imbroglio !

Ainsi la formation kiné passe à 4 ans (niveau master 1) à partir de la rentrée prochaine 2015-2016.

Mais comment les kinés ont-ils réussi à augmenter le temps de formation pendant que d’autres paramédicaux, comme les psychomotriciens, ont du mal à faire évoluer les choses dans ce sens ?

Ils ont mis en avant l’accord de Maastricht, d’autant plus qu’Il n’y a que l’Albanie et la France qui ont fait jusqu’à aujourd’hui exception en maintenant une formation kiné en trois ans.

Les orthophonistes sont déjà passés à 5 ans de formation (master 2). Pourquoi ?

Parce que la formation n’est pas sanctionnée par un Diplôme d’État mais par un Certificat de Capacité délivré par le Ministère de l’Enseignement Supérieur qui est tenu d’appliquer le cursus LMD. Maintenir une formation sur 4 ans n’avait pas de logique puisqu’une maîtrise se fait sur 5 ans dans les formations universitaires.

Mais alors, puisque l’un des premiers soucis des gouvernants est la restriction budgétaire, comment faire pour augmenter le temps de formation sans trop modifier la grille de salaire ?

C’est simple, il suffit d’augmenter le temps de formation sans que la grille de salaire ne suive la même courbe de progression. Une logique budgétaire qui ne suit pas la logique de formation mais ce n’est pas une préoccupation pour nos gouvernants de droite ou de gauche.
Ainsi la France n’hésite pas à embaucher des auxiliaires médicaux, quelle que soit la durée de formation, en ne les payant que légèrement au dessus du SMIC. Et le tour est joué.

Il ne faut pas s’étonner de voir que les hôpitaux ont du mal à trouver et à garder longtemps des auxiliaires médicaux dans leurs structures.

En réalité, nos hôpitaux, qui devraient être au top au niveau de la qualité des soins, embauchent en majorité de jeunes auxiliaires médicaux inexpérimentés ou peinent même à en trouver. Mais c’est logique. Quant à penser qu’un salaire « discount » engendre un service tout aussi « discount » , il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas car notre santé peut être aussi sauvée par la « vocation professionnelle » qui caractérise bon nombre de personnes dans le milieu hospitalier. Mais il serait bon que nos décideurs n’en profitent pas pour ne graisser la patte que de ceux qui exercent un réel pouvoir. Suivez mon regard…(*)

(*) Je veux surtout parler de ceux qui ne sortent leur Rolls ou leur Bentley que devant des palaces ou cours intérieures de certains palais des congrès après être venus s’empiffrer au sortir de conférences ; leur nom est souvent précédé d’un titre honorifique. (Ça sent le vécu, vous ne trouvez pas).