Parkinson : la solution dans le rectum d’un ver ?

Le 10 juin dernier avait lieu à Lyon le concours de « Ma Thèse en 180 secondes » (MT180).

Marie-Charlotte Morin, biologiste, doctorante à l’Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire (IGBMC), unité biologie du développement et cellule souches, représentera la France à l’automne au Canada pour le concours international (en septembre à Montréal).

Son sujet porte sur le « Rôle des protéines lin-15A et rétinoblastome dans la reprogrammation cellulaire directe in vivo chez C.elegans. »

Un titre ronflant qui pourrait annoncer un développement barbant. Il n’en est rien, bien au contraire tant cette biologiste sait présenter de manière simple et humoristique une recherche prometteuse. Il faut dire que le fait de trouver une solution au problème de dégénérescence neuronale dans le rectum d’un ver, « ce n’est pas piqué des vers » comme on dit, un sujet qui peut même ouvrir la voie de l’humour à versant scatologique. Un espoir pour les pathologies neuro-dégénératives (Parkinson, Alzheimer, paralysies…). L’avenir nous le dira :

Ce contenu a été publié dans "Scoop toujours !", Les coups d'oeil, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *