Gutturalisation contre les fausses routes

décembre 24, 2017 - 5:23 No Comments

Cadeau de Noël : à l’attention des collègues orthophonistes face à la prise en charge de fausses routes.

Présentation

Récemment, je me suis levé une nuit et me suis lancé à écrire sur mon smartphone ce petit texte. Je le reconnais volontairement farfelu. Mais j’aime souvent mettre une touche humoristique dans mes rééducations pour éviter l’aspect fastidieux et/ou rébarbatif.
La lecture de cette prose est destinée à renforcer notamment la dynamique du lingual supérieur ce qui contribue largement à actionner la fermeture glottique, permettant ainsi de lutter contre les fausses routes dans le cas notamment de dégénérescences neuromotrices comme dans les syndromes parkinsoniens ou autres pathologies touchant le dynamisme ou plus exactement l’harmonisation de la sphère haute. Vous constaterez que le texte est surtout formé du phonème /k/ (préféré au /g/ pour éviter de mettre les cordes vocales en souffrance en voix projetée) parce qu’en le prononçant, une action spécifique gutturale se produit qui dynamise le lingual supérieur. Chacun sait que ce muscle a un rôle très important dans la déglutition. En effet, sa rétraction arrière forme le bolus alimentaire, ce qui bascule aussi l’épiglotte sur la trachée par « effet airbag ». Et comme la nature est bien faite, le voile du palais est lui aussi titillé pour faciliter sa réaction de fermeture.

Comment faire lire cette prose ?

Bien des écrits et méthodes mettent l’accent sur l’intensité, ce qui est une bonne chose bien sûr mais il existe un autre critère tout aussi important voire plus, c’est la mélodie.
Pourquoi ?
Parce que le travail de mélodie amène à la maîtrise de la variation du mouvement c’est-à-dire la balance entre la tension et la détente.
Il ne faut pas oublier que l’harmonie gestuelle n’est possible que par cette maîtrise de la tension ET de la détente.
Il faut donc amener la personne à déclamer le texte d’une voix suffisamment forte et claire, exagérément mélodieuse en jouant sur les variations vocales et en insistant caricaturalement surtout sur les phonèmes gutturaux et le /k/ en particulier.
En fonction de la situation, le patient suit pas à pas votre vocalisation ou se lance lui-même dans la déclaration. On peut aussi stimuler la mémoire du texte. Il y a beaucoup d’intérêt à enregistrer la production car il faut souvent mettre en doute les compétences audio-phonatoires du patient :

Le capitaine Haddock sur sa coque

Le capitaine Haddock caracole sous le foc qui claque et crie à l’équipage au milieu du lac de Carcassonne :

- « Souquez ferme la drisse grise, cette grosse corde au crochet pour l’étarquer et que l’ancre s’accroche, sacrebleu ! »

- « Mais la coque, dans le lac est au sec, capitaine Haddock ! » lui glisse en cœur l’équipage.

Le capitaine Haddock, sous le choc, écarquille les yeux et constate donc que la coque est au sec dans le lac. Il affale le foc.

- « Cocorico ! Si c’est comme ça je me casse ! » crie le gros coq, mascotte de toute la clique.

C’est là qu’à côté sous une barque un gros crapaud s’esclaffe :

- « Quouuua ? Mais le lac n’est pas sec dans mon grand trou creux ! »

Certains n’en croient rien et se moquent de cette histoire du capitaine Haddock sur une coque dans un lac sec à Carcassonne.
Qui croire ?
En tous cas, quel cas cocasse !

À vos plumes pour inventer d’autres textes ;)

Documentations

Vous pouvez trouver d’autres documents d’information autour des problèmes de fausses routes en cliquant sur les lignes suivantes :

>>>>Risque majeur en cas de trouble parkinsonien<<<<

>>>> La dysphagie parkinsonienne (écrit de Jean-Pierre Lagadec-gp29.net)<<<<

Leave a Reply