Posts Tagged ‘Vidéos’

Liste complète des mots de la réforme de l’orthographe

février 6, 2016 - 11:12 1 Comment

La réforme de l’orthographe a été approuvée par l’Académie Française et publiée au Journal Officiel dès le 6 novembre 1990. Elle est apparue au Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale le 26 novembre 2015 sans tambour ni trompette. Ce n’est que maintenant que le public découvre une réforme censé simplifier l’orthographe.

C’est en effet censé être sensé. L’est-ce ? À vous de juger mais dans ce cas argüez (*) bien !

Pour découvrir cette réforme, cliquez sur le lien suivant :

>>>> orthographe recommandée <<<<

Et chers amis confrontés régulièrement à l’orthographe (orthophonistes, enseignants, etc.) cliquez sur le lien ci-dessous pour avoir accès à la liste complète des mots modifiés :

>>>> Liste complète des mots modifiés <<<

(*) argüez : forme conjuguée du verbe argüer se prononçant \aʁ.ɡɥe\ et non \aʁ.ɡe\ évidemment. Pff ! Enfin, voyons ! Et on met un tréma sur le u de gageüre pour les mêmes raisons de lutte contre toute forme d’ « ignardise » . C’est ça en fait !

Oh, mince, ils n’ont pas mis de tréma sur le u du mot « aiguille »…

Enfin bref, vivent, (pardon vive… euh… ou pas) les complexités orthographiques. Wouah, on a encore du boulot en ortho.

Bon allez, écoutons Pierre Perret, qui aime tant jongler avec les langues de Molière et de boulevard, chanter la réforme de l’orthographe :

Soyons d’accord Pierre pour écrire « imbécilité » au lieu d’ « imbécillité » , mais je ne sais pas si pour autant tout cela sera synonyme de… « tranquillité » . Quel chantier !

Suivons aussi le point de vue de l’académicien Jean d’Ormesson poussant un coup de gueule sur RTL : « Quand il y a des gens qui n’ont pas de travail, quand le niveau de vie a baissé comme il a baissé et que les agriculteurs se suicident, je refuse de parler d’accent circonflexe quand il y a des gens qui se suicident… Ce qui me choque ce n’est pas la réforme de l’orthographe, ce qui me choque c’est qu’on la sorte en ce moment ».

D’un autre côté, il faut dire que les politiques cherchent toujours à faire divagation par rapport aux dossiers essentiels, à noyer le poisson en somme. Ce n’est pas d’aujourd’hui.

La guerre des graines, dossiers édifiants

septembre 13, 2015 - 12:13 No Comments

Voilà au-moins un dossier qui n’endort pas les consciences contrairement à la plupart des émissions télévisuelles. Suivez ce document très bien ficelé de bout en bout si vous voulez comprendre comment quelques groupements internationaux, (comme Monsanto bien sûr) cherchent par tous les moyens à s’accaparer le « fichage et la privatisation du vivant » . Vous comprendrez pourquoi des agriculteurs, des chercheurs, des élus tirent la sonnette d’alarme et entrent en résistance (comme le maire de Grigny-sur-Rhône s’entourant de « semis désobéissants » . ;)

Dans ce documentaire, on vous dit que 72% des variétés de graines cultivées ont disparu en 100 ans pour ne privilégier que les graines vendues par les multinationales, ces graines étant F1, c’est-à-dire, hybrides et programmée pour ne pas être cultivable une seconde fois. Ces multinationales ont réussi à faire en sorte d’interdire à l’agriculteur le droit de vendre ou même de donner (!) les graines non-hybrides qu’il pourrait avoir en sa possession.

Il semble pourtant qu’il y ait des moyens pour éviter de se faire bouffer par ces multinationales qui, sous prétexte de permettre de mieux nourrir la planète, nous conduisent à la malbouffe.

Il y a déjà le scandale des pesticides (Monsanto vient de perdre des procès aux États-Unis et en France à ce propos), peut-être aurons-nous le scandale des hybrides.

En tous les cas, j’invite tous les spécialistes médicaux (notamment les chercheurs en gastro-entérologie, allergologie, oncologie, etc.) à se pencher sur le sujet car je ne serais pas étonné de voir un lien entre la consommation de produits hybrides et le développement de certaines pathologies (allergies, cancers, maladies neuro-dégénératives…).

Non, non, ce n’est pas une idée farfelue. Je pense être moi-même un spécialiste pour avoir enseigné les pathologies neuro-dégénératives pendant plusieurs années.

Vous savez par exemple que la maladie de Parkinson correspond à une dette en dopamine. Mais savez-vous que cette dopamine a comme précurseur la tyrosine, un acide aminé qu’on retrouve dans des aliments comme des graines (amande, cacahuète, courge, sésame) mais aussi dans les avocats, les bananes, les produits laitiers, etc. Et si les hybrides qu’on ingère ou qu’on fait ingérer aux animaux contribuaient à perturber notre propre chaîne de transformation digestive provoquant une pollution interne, porte ouverte à certaines pathologies…

Et paf !

Quand l’Homme cherche à contorsionner la Nature, la Nature, tôt ou tard reprend ses droits. C’est curieux par exemple de constater que, du fait de nos déversements de pesticides, des algues vertes se développent sur nos rivages. En réalité, on leur doit beaucoup car nous existons grâce à elles : dans la chaîne d’évolution des espèces vivantes, elles sont au début réussissant à transformer la toxicité de l’oxygène en chlorophylle, base de toute vie de notre flore terrestre qui a servi de première nourriture à la première faune terrestre. Elle était là bien avant la faune terrestre et donc bien avant nous.

Elle a beaucoup à nous apprendre et nous le fait savoir ! Et paf !

Certains spécialistes disent que ce documentaire a une vision partisane sur le sujet. Je laisse le soin à chacun d’en juger.

Mais, il est certain que la recherche agro-alimentaire peut aussi tirer profit d’expériences comme celle-ci :

Faire pousser des légumes sans eau :

« Je m’appelle Lou » et « Formidable »

août 31, 2015 - 9:50 No Comments

Le jeune Lou Boland présente le syndrome de Morsier (dysplasie septo-optique) mais a l’oreille absolu. Je vous conseille de regarder cette vidéo… formidable.

Quand un pro-Monsanto dit qu’on peut boire du glyphosate mais refuse d’en boire

mars 31, 2015 - 12:50 No Comments

Une vidéo qui vaut bien des discours. Tout est dit quand vous avez :

- d’un côté Patrick Moore qui prétend que le glyphosate (vous savez le fameux Roundup de Monsanto) n’est pas dangereux pour l’homme et qu’on peut même en boire,

- d’un autre côté un journaliste qui propose justement à ce lobbyiste de boire devant l’antenne de Canal+ cette potion prétendue non cancérigène.

J’imagine un autre scénario :

- Patrick Moore : Blablabla…on peut boire du glyphosate sans danger… blablabla
- Le journaliste : Justement, j’en ai. Vous en voulez ?
- Patrick Moore : Euh ! Non, je me sens un peu barbouillé.
- Le journaliste : Justement, il paraît que ça chasse bien les vers !

Méthode globale vs méthode syllabique et autres polémiques

janvier 24, 2015 - 7:01 No Comments

Ah ! Ce débat qui dure depuis si longtemps entre les méthodes d’apprentissage de la lecture ! Faut-il utiliser une méthode syllabique, globale ou mixte ?

Si nous laissons l’enfant découvrir seule les lettres, les mots et les phrases, il procède par approche, fait des associations comme pour un puzzle. Il ouvre son potentiel cérébral pour apprendre : son cerveau gauche associe les lettres pour faire un son, son cerveau droit regarde globalement pour pouvoir lire les structures particulières comme « femme », « monsieur », etc.
L’enfant a donc besoin de ses deux hémisphères cérébraux pour pouvoir lire correctement. C’est tellement simple et logique. Tout spécialiste du langage le sait. Mais des hurluberlus se croyant plus fins que les autres ont voulu faire croire qu’en utilisant une méthode globale les enfants apprendraient plus facilement à lire. Une croyance de pseudo-chercheurs qui n’ont avancé et imposé leurs arguments que de manière empirique, un peu à la manière d’un mécanicien qui ne saurait pas comment fonctionne un moteur, qui se contenterait de tourner la clé de contact et d’écouter le bruit des pistons en vociférant si par malheur le moteur se mettait à tousser, prétextant que c’est dû à l’état des pneus ou pire de la route.
Vous avez compris que, dans cette image, le moteur représente le cerveau de l’enfant, la clé de contact la pédagogie utilisée, les pneus et la route tous les arguments farfelus pour expliquer l’échec de lecture (évolution sociale, facteurs environnementaux, j’en passe et des meilleurs…).
À vrai dire, il y a peu de liens entre la recherche pédagogique, menée par l’Éducation Nationale et tout autre forme de recherche scientifique. Il n’y a qu’à voir le regard en biais tourné vers ceux qui ont osé par exemple faire une formation en sciences de l’éducation ou autre sciences parallèles avant de s’orienter vers l’enseignement pour se rendre compte du phénomène de l’État dans l’État. Le mammouth porte finalement bien son nom.
Les grands pontes de l’Éducation Nationale ont pour habitude de ne pas écouter les chercheurs et praticiens qui ont justement le nez dans le moteur (recherches médicales, neuro-psychologiques, etc.), prétextant sans doute qu’eux seuls savent faire dans le domaine des apprentissages. Peut-être aussi ont-ils trouvé dans le fait d’imposer la méthode globale (et semi-globale) un intérêt personnel au détriment de l’intérêt collectif : gagner de l’argent en mettant au rebut les anciennes méthodes syllabiques très critiquées pour distribuer sur l’ensemble du territoire leurs nouvelles méthodes.
D’autre part, pour apprendre les phonèmes vous pouvez constater que pratiquement toutes les méthodes de lecture présentent un déroulement d’apprentissage hasardeux qui ne tient pas compte des classes phonémiques. Quand je vois qu’à la page 10, on vous isole déjà un phonème occlusif comme le P sans avoir isolé avant toutes les voyelles orales, les fricatives et les liquides, je me dis que la méthode est bonne à mettre à la poubelle. Pourquoi ? Parce que les occlusives explosent dans la bouche et ne peuvent donc pas être maintenues pour permettre à l’enfant d’entendre et d’isoler le son. À chaque fois que je l’ai expliqué à des enseignants, ils ouvraient des grands en me disant qu’on ne leur avait jamais appris la chose. Comme quoi, on ne doit pas leur jeter la pierre. Mais à leurs formateurs…
Je me souviens avoir été surpris de découvrir un déroulement d’apprentissage structuré phonétiquement en feuilletant la méthode Ratus. J’ai aussitôt regardé qui étaient les auteurs : un couple dont la femme est… orthophoniste (confidence d’oreiller n’est-ce pas… ). Pourquoi n’y a-t-il pas d’ailleurs une formation spécifique pour les enseignants du cycle des apprentissages fondamentaux ? Ils pourraient développer des compétences en phonétique et éviteraient peut-être ainsi de présenter les signes phonétiques pour laisser croire qu’ils les maîtrisent alors qu’ils ne font que perturber les élèves qui ont déjà bien du mal avec les phonèmes et les lexèmes. D’autres aides comme les gestes de Mme Borel-Maisonny sont bien plus efficaces pour capter l’attention sur la cible phonétique. Il serait bon d’ailleurs que les méthodes actuelles qui s’en inspirent puissent avoir la décence de mettre Mme Borel-Maisonny en référence au lieu de la pomper allègrement parfois en prenant quelques libertés hasardeuses par rapport aux gestes.
L’enseignement français souffre du « pédagogiquement correct ». Si par malheur un enseignant sort de la ligne tracée, il se fait taper sur les doigts ayant au-dessus de la tête une épée de Damoclès, l’inspection de son travail. Il est peut-être diplômé mais on ne lui fera pleinement confiance que lorsqu’il partira en retraite.
Je ne porte ici aucun jugement sur les enseignants qui font l’un des plus beaux métiers du monde. Certains pensent sans doute comme moi sans pouvoir l’exprimer, de peur de s’attirer les foudres de leurs supérieurs et d’être ainsi moins bien noté car si les enseignants notent les élèves, il faut savoir qu’ils sont aussi notés…

Vous pensez que j’exagère alors regardez cette expérience :

Pour une refondation de l’école guidée par les enfants : Céline Alvarez at TEDxIsèreRiver

Et pour savoir ce que l’Éducation Nationale en a fait cliquez sur la ligne suivante :


Céline Alvarez démissionne

Autre info intéressante et anecdotique :

Vous ne saviez peut-être pas que nous sommes historiquement passé de l’ »Instruction Publique » à l’ »Éducation Nationale » le 3 juin 1932, un glissement sémantique qui n’a pas pour autant conduit à une formation d’éducateurs. On ne demande d’ailleurs aux enseignants que de bien instruire les élèves ou alors il leur faudrait une formation plus poussée sur la psychologie de l’enfant et ce ne serait pas un mal.
Mais vous saviez sans doute encore moins que le gouvernement de Valery Giscard d’Estaing avait supprimé l’épithète « Nationale » pour ne garder que l’appellation « Ministère de l’Éducation » par souci d’européanisme. Intéressant n’est-ce pas ?

L’effet placebo (dossier passionnant)

décembre 6, 2014 - 1:20 No Comments

Avez-vous vu ce dossier présenté sur Arte le vendredi 07/11/2015 à 22 H 20 ? Il montrait des expériences scientifiques prouvant l’extraordinaire pouvoir de l’auto-suggestion pour combattre les problèmes de santé. C’est impressionnant. Tout cela prouve qu’il ne faut surtout pas se laisser aller, qu’un lien entre le corps et la pensée existe bien.
Ma formation de psychomotricien m’a ouvert les yeux vers cette vision des choses de la vie mais cette émission tend à prouver à quel point la puissance du psychisme est mesurable scientifiquement, notamment par des expériences en double aveugle, une puissance fabuleuse tant pour développer des troubles que pour retrouver ou maintenir un équilibre psycho-corporel.
Est-ce un hasard si, vers la fin de l’émission, on montre une soignante noire puis un asiatique tout en disant qu’on a longtemps ignoré le pouvoir de la pensée sur la santé ? On aurait pu préciser : « dans notre médecine occidentale trop cartésienne, trop organisiste, trop engluée dans la logique du palpable. »
La médecine occidentale a longtemps gardé en tête de ne croire que ce qui est visible. Heureusement, les expériences actuelles, tout en respectant l’approche scientifique occidentale, prouve ce fameux pouvoir de l’invisible, de la pensée sur l’organe.

Mais en clair, que ce soit la médecine asiatique se basant sur le transfert d’énergie, que ce soit le ndöp organisé autour du rapport interindividuel en Afrique, que ce soit le gourou, le voyant d’ici ou d’ailleurs et même le psychanalyste de nos contrées, on peut imaginer l’effet de l’auto-persuasion pour obtenir un effet positif face au trouble. On ne peut pas toujours dire que le simple fait d’y croire soigne mais qu’il y contribue certainement. D’où l’importance du bon rapport soignant-soigné et surtout de croire en son propre pouvoir face à soi-même…
Cliquez sur la ligne suivante pour voir ou revoir ce dossier très intéressant :
>>>>L’effet placebo (arte)<<<<
Merci Madeleine

L’épigénétique expliquée par Joël de Rosney

novembre 9, 2014 - 6:33 No Comments

Vous voulez savoir à quoi correspond l’épigénétique, Joël de Rosney, Docteur ès Sciences, vous l’explique de manière captivante et claire en un peu plus de trois minutes. Vous apprendrez qu’il existe une modulation de l’expression de nos gènes en fonction de 5 critères : alimentation, activité physique, gestion du stress, plaisir dans l’action, qualité du réseau familial, amical et social. À partir de ce constat, nous pouvons comprendre d’autant plus l’intérêt des approches thérapeutiques autres que l’allopathie, celles justement qui prennent en charge au-moins l’un de ces critères (diététique, soin du corps et de l’esprit etc.), toutes les approches prophylactiques et non seulement curatives. Joël de Rosney laisse entendre que l’épigénétique vient, surtout depuis ces dernières années, révolutionner les connaissances scientifiques. Nous sentons chez lui l’influence de l’approche systémique de l’École de Palo Alto ce qui lui confère une vision globale, holistique, interactive et donc passionnante de l’être vivant. Rien n’est figé, les interactions sont multiples entre la pensée et la matière, entre le corps et l’esprit.
Pour ceux qui auraient du mal à saisir le concept psychomoteur, c’est là que se situe justement le champ de la psychomotricité : une entité faisant le lien entre la pensée et la matière.
L’intérêt de l’approche psychomotrice de l’individu se trouve objectivé par l’analyse épigénétique actuelle, une science qui aurait un avenir particulièrement prometteur puisque Joël de Rosney pense que les futurs Prix Nobel seront récompensés à partir de cette orientation scientifique :

Additifs et hyperactivité… entre autres troubles

septembre 11, 2014 - 9:17 No Comments

Pour découvrir l’expérience australienne au sujet de la suppression des additifs pendant deux semaines dans l’alimentation des enfants regardez cette vidéo sous-titrée en français :

Parkinson : la solution dans le rectum d’un ver ?

juillet 6, 2014 - 11:00 No Comments

Le 10 juin dernier avait lieu à Lyon le concours de « Ma Thèse en 180 secondes » (MT180).

Marie-Charlotte Morin, biologiste, doctorante à l’Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire (IGBMC), unité biologie du développement et cellule souches, représentera la France à l’automne au Canada pour le concours international (en septembre à Montréal).

Son sujet porte sur le « Rôle des protéines lin-15A et rétinoblastome dans la reprogrammation cellulaire directe in vivo chez C.elegans. »

Un titre ronflant qui pourrait annoncer un développement barbant. Il n’en est rien, bien au contraire tant cette biologiste sait présenter de manière simple et humoristique une recherche prometteuse. Il faut dire que le fait de trouver une solution au problème de dégénérescence neuronale dans le rectum d’un ver, « ce n’est pas piqué des vers » comme on dit, un sujet qui peut même ouvrir la voie de l’humour à versant scatologique. Un espoir pour les pathologies neuro-dégénératives (Parkinson, Alzheimer, paralysies…). L’avenir nous le dira :